A cause de Jésus et de l’Evangile

Accueil > Sources > Charles de Foucauld > 7ème dimanche du temps ordinaire - Commentaires de l’évangile selon St (...)

7ème dimanche du temps ordinaire - Commentaires de l’évangile selon St Luc

Évangile selon Saint Luc 6,27-38

« Aimez vos ennemis, faites du bien a ceux qui vous haïssent »…

Que Vous êtes bon, mon Dieu, bon, parce que ce précepte est un précepte d’amour… Amour, Vous commandez l’amour… Bon, parce que ce précepte nous recommande une très haute vertu, une très grande ressemblance avec Dieu, et que Vous ne pouvez mieux nous montrer Votre amour qu’en désirant notre perfection, en désirant nous voir pratiquer les plus hautes vertus, nous voir ressembler a Dieu… Que Vous êtes bon, mon Dieu, de nous aimer au point de vouloir que nous Vous ressemblions, de vouloir que nous pratiquions vos divines vertus ! Aimons nos ennemis, aimons du fond du cœur ces membres malades de Jésus, ces frères coupables qui restent nos frères et peuvent se convertir a toute heure, ces êtres, pour qui Jésus a donné tout son sang et qu’Il ne cesse d’appeler à Lui, ces âmes faites à l’image de Dieu, créées pour le ciel ; et qui y régneront peut-être dans une piace bien meilleure que la nôtre… Faisons du bien a ceux qui nous haïssent, faisons-leur tout le bien possible, dans leurs âmes et dans leurs corps, prions pour eux, offrons à Dieu pour eux des pénitences (puisque l’Écriture nous montre partout la pénitence compagne inséparable de la prière), fai¬sons-leur tout le bien que Dieu, que l’obéissance nous permet : bonne grâce, services, affabilité, aumônes s’ils sont pauvres, soins s’ils sont malades, tout ce qui est bienfait, donnons-le leur, et pour obéir à la parole de Jésus, et pour imiter Son exemple, et pour faire tout bien à Ses membres malades, et pour gagner ces âmes à Dieu « en entassant des charbons d’amour sur leur tête », en vainquant « le mal par le bien », leur haine par nos bienfaits [1].


[1M/293, sur Lc 6,27 en C. DE FOUCAULD, La bonté de Dieu. Méditations sur les Saints Évangiles (1), Nouvelle Cité, Montrouge 1996, 255-256.