A cause de Jésus et de l’Evangile

Accueil > Sources > Charles de Foucauld > Fête de la Pentecôte - Considérations sur les fêtes de l’année

Fête de la Pentecôte - Considérations sur les fêtes de l’année

2 heures matin. Merci, mon Seigneur Jésus, merci notre Dame du Perpétuel-Secours, merci sainte Magdeleine, merci, mon saint ange gardien de m’avoir éveillé et fait lever pour me tenir avec vous en prière aux pieds de Jésus… Faites-m’y rester avec vous toute cette nuit, tout ce jour, toute ma vie. O mes mères, ô mon bon ange, faites-moi partager toujours, toujours votre contemplation, votre adoration, votre amour ! … Faites-moi avec vous faire sans cesse la volonté du divin Jésus et ainsi le glorifier le plus possible en tous mes instants. Voici la dixième nuit qu’il passe au ciel. Comme Il est heureux ! Merci, merci, mon Seigneur de votre bonheur. Oh ! quelle joie de penser qu’en ce moment vous êtes au ciel ! Merci mon Dieu, de me le faire sentir !… Faites-le moi sentir toujours, toujours puisque cela est jouir sur la terre en vue de vous. Mais vous me dites, ô mes mères, d’attendre entre vous, et que pour cela, pour vivre de votre vie et glorifier Jésus, il me faut quelque chose, quelque chose que Dieu seul donne ; pour faire à toute heure ce que veut Jésus, pour L’aimer, L’imiter, Lui obéir, et pour ainsi Le glorifier : à tout instant, il faut son Esprit, son Esprit à Lui, cet esprit par lequel Il connaissait les choses et les voyait dans leur vérité, cet esprit par lequel Il aimait ce qu’il faut aimer, comme il faut l’aimer, cet esprit par lequel il accomplissait avec un si parfait courage tout ce qu’il fallait accomplir… « Suivez-moi » nous a dit Jésus, et désormais c’est notre vie sur la terre : L’imiter, L’imiter, en L’aimant et en Lui obéissant… Mais pour l’imiter il nous faut son esprit, son esprit qui nous fera connaître ce qu’il pensait, ce qu’il aimait, ce qu’il faisait… Il faut que cet esprit, son esprit, nous anime, nous inspire ses pensées, ses vues, nous inspire son amour, sa charité… pour Dieu et les hommes, nous inspire son courage pour accomplir ce qu’il a accompli, ce qu’il veut continuer à accomplir en nous la sienne… Oh ! mon Seigneur Jésus, envoyez-nous votre Esprit, envoyez-Le à tous les hommes vos enfants, à tous les hommes pour qui vous êtes mort, à tous les hommes que vous aimez, à tous, puisque vous voulez que tous vous suivent, que tous vous imitent en vous aimant, en vous obéissant, envoyez-le en particulier à tous ceux que vous avez mis plus près de moi sur la terre, à tous ceux pour qui vous voulez que je prie plus spécialement. Envoyez-Le-moi, mon Dieu, afin qu’animé par ce même esprit qui vous a animé vous-même, plein de votre lumière, vous connaissant clairement, voyant nettement vos pensées, vos volontés, plein de cet amour dont vous avez aimé Dieu et les hommes en vue de Dieu, plein de ce courage qui vous a fait embrasser tout ce qui était le plus parfait et l’accomplir entièrement malgré les souffrances de la nature et les persécutions des hommes et de l’enfer, je vous imite ô mon Dieu, je vous aime moi aussi du plus grand amour, et je vous obéisse en accomplissant moi aussi le plus parfait en tout, selon votre parole « soyez parfaits comme votre Père est parfait »… Oh ! mon Dieu ! donnez-nous à tous votre esprit, à moi votre indigne enfant, qui me tiens les yeux levés vers vous entre la sainte Vierge et sainte Magdeleine, à ceux que vous m’avez donnés plus particulièrement, à tous les hommes vos enfants et mes frères . Donnez-nous votre esprit, ô bien-aimé Jésus, pour qu’animés de Lui nous pensions toutes vos pensées. Donnez-nous votre esprit, ô Jésus, pour qu’animés de Lui nos cœurs soient unis au vôtre, et que nous aimions Dieu et les hommes comme votre cœur les aime. Donnez-nous votre esprit, ô Jésus, pour que pleins de votre force nous accomplissions vos œuvres ; que nous fassions en tout le plus parfait comme vous l’avez fait, que nous obéissions en tout à votre Père comme vous avez fait en tout sa volonté. O Jésus, donnez-nous votre esprit, afin qu’Il nous anime comme il vous a animé, et nous fasse penser vos pensées, aimer comme vous avez aimé, agir comme vous avez agi, et ainsi par là vous imiter, vous aimer, vous obéir parfaitement, ô bien-aimé Jésus.

Amen, amen, amen [1] !

[1C. DE FOUCAULD, Considérations sur les fêtes de l’année, Nouvelle Cité, Paris 1987, 412-414.